FC Metz: Nico Braun, socio grenat en sursis?

    Posted in Coupure de presse    |    No Comments

Nico Braun, parrain du projet des socios grenats du FC Metz et meilleur buteur du club face à Carlo MolinariLe meilleur buteur de l’histoire du FC Metz a été choisi par le mouvement socio qui a été créé à la mi-décembre pour les représenter et leur donner une visibilité. Leur souhait : qu’il aille jusqu’à intégrer le conseil d’administration des Grenats. Mais avant toute chose, lui souhaite pouvoir en parler à Bernard Serin.
De notre journaliste Julien Mollereau

La page d’ouverture du sitewww.sociosfcmetz.fr l’indique : 786 membres sur Facebook et 1 176 votants au sondage du moment : combien d’actions FC Metz seriez vous prêts à acheter à 20 euros l’unité? Quelque 46% des votants assurent qu’ils en prendraient cinq ou plus. Ce sont ces supporters du club messin qui aimeraient rentrer dans le capital selon le modèle en vogue en Espagne ou au Portugal que Mounir Mougin a demandé à Nico Braun d’aider.
Il y a un mois et demi, ce dynamique jeune homme de 37 ans est sorti de nulle part pour faire une offre à ce monstre sacré qu’est Nico Braun. «Il m’a proposé de donner mon nom pour aider son mouvement de socios à recruter, explique l’ancien international luxembourgeois. Pour moi, c’est un engagement primordial. Je veux les accompagner, démarcher des sociétés, fidéliser des gens pour le FC Metz. Je veux m’investir en profondeur, comme je le faisais dans le temps sur le terrain et je m’imagine pouvoir mettre certaines choses en mouvement.»
«Nico Braun est une interface parfaite»

Concrètement, Mounir Mougin et les cofondateurs du mouvement socio FC Metz espèrent réunir une somme de quelques centaines de milliers d’euros auprès de particuliers ou entreprises leur permettant d’entrer dans le «capital» du club lorrain, de façon à en détenir environ 10% et ainsi siéger au conseil d’administration. «C’est pour cela que Nico Braun est une interface (sic) parfaite, justifie Mounir Mougin. C’est une figure emblématique qui parle aux Lorrains et aux Luxembourgeois. Selon nous, ce club devrait d’ailleurs être le lien numéro 1 entre la région Lorraine et le Grand-Duché. Nico est une légende. Les dirigeants ne seront pas gênés de l’accueillir à leur table. Nous, on n’est pas de la famille football, on est des fans basiques et encore, on doit expliquer à Bernard Serin qu’on est plus des amoureux que des supporters parce que cela lui fait peur.»
À la limite, on le comprend le président messin, qui se retrouve confronté du jour au lendemain à un mouvement social désireux de s’immiscer dans les affaires du club. Visiblement avec de très louables intentions (l’organisation réclame même aux entreprises qui ont acquis des loges au stade la possibilité de les mettre en rapport avec des supporters lorsqu’elles avaient des offres d’emploi, ou se dit prête à payer les billets aux supporters démunis en échange de bénévolat pour des associations humanitaires) mais dans le cadre d’un modèle très largement méconnu dans l’Hexagone. Les socios ont quand même obtenu audience et ont eu le loisir de présenter leur business plan. Il ne leur reste plus qu’à aller chercher la réponse.
«Je veux l’entendre de la bouche du président»

Ils auront sans doute un aperçu de la façon de voir des dirigeants grenats le 14 février. C’est à cette date, non encore confirmée, peu avant la rencontre Metz-Ajaccio (23e journée de L2), que Nico Braun a sollicité de Bernard Zénier, aujourd’hui au marketing chez les Grenats, un rendez-vous avec Bernard Serin. Il aimerait prendre la température, avoir la certitude que la démarche dans laquelle il s’est engagé de bon cœur, peut servir le club : «Est-ce que je sers à quelque chose ou non dans cette fonction? Je veux l’entendre de la bouche du président, avoir son avis… et son accord.» En résumé, Nico Braun a dit oui «mais rien n’est formalisé». Parce qu’on n’est pas une légende sans avoir un certain nombre de devoirs, y compris celui d’aller dans le sens des intérêts du club, ce qui pour l’heure, se traduit encore par «selon les vœux du club». Il n’aidera pas le FC Metz à son corps défendant.
Pourtant, c’est un peu grâce à lui, croit deviner Mounir Mougin, qu’une cinquantaine de membres Luxembourgeois se sont déjà acoquinés au réseau «socios». Nico Braun a été préféré à Robert Pires, qui avait crié un temps son envie d’aider le club en tant qu’ambassadeur avant de filer s’asseoir sur le banc d’Aston Villa. «Cela, les fans ne peuvent pas l’oublier», assure Mougin. Reste à savoir si Nico Braun, donc officieusement le joueur le plus représentatif de l’histoire du FC Metz aux yeux des fans, participera à cette tentative de révolution douce…

www.sociosfcmetz.fr

Source : http://www.lequotidien.lu/les-sports/19315.html

 

Leave a Reply